Infuser, essaimer, polliniser…

Le chant des sirènes a encore retenti et s’entend sur l’état “catastrophique” de l’école. Les “bonnes vieilles méthodes” ont été abandonnées au profit des “idées pédagogistes” !
Les positions idéologiques défendues par les uns et par les autres emprisonnent l’école et adressent des injonctions paradoxales aux acteurs de terrain.

Comment être en phase avec les réalités de l’école ? Quand d ‘un lieu à l’autre les contextes imposent tant de nuances, tant de diversité. Il n’y a pas une école à deux vitesses mais bien des écoles qui ont pour cadre commun les programmes et le socle commun de connaissances et de compétences et qui tentent, en fonction de leur public, d’organiser au mieux un vivre ensemble qui permette de construire les apprentissages demandés.

Mes expériences d’accompagnement d’équipes me donnent à voir tout autre chose que les discours médiatiques.  Il y a des enseignants demandeurs de formation, qui acceptent d’interroger leur cœur de métier et cherchent à accompagner au mieux tous leurs élèves, dont ceux ayant des besoins éducatifs particuliers. Ils ont appris toutes ces dernières années à naviguer entre PAP, PPS, GEVASCO dans un mouvement de surpersonnalisation qui continue de stigmatiser et entraine un effet démultiplicateur du nombre de ces aménagements. Cela conduit parfois à des situations ingérables et qui n’aident pas forcément les élèves et qui découragent les enseignants.

Deux notions fortes de la loi de février 2005 sont souvent oubliées : celle de la participation et celle de l’accessibilité. Toutes les deux concourent à rechercher au mieux l’autonomie des élèves dans les différentes situations proposées. A force d’aménagements et d’aides demandées, il me semble que nous oublions parfois cette recherche d’autonomie. Les parents légitiment ce droit à… aux aménagements et aux aides… Nous devrions avancer ensemble pour favoriser le droit pour participer de la façon la plus autonome aux différentes situations d’enseignement/apprentissage, situations de vie qui s’offrent tout au long de la scolarité. Pour cela, il convient de penser la notion d’aide pour tous, proposée à tous et mise en œuvre par tous. C’est un changement conceptuel très important qui nécessite de positionner la coopération comme centrale dans toute vie de classe, à tous les niveaux de la scolarité et avec tous les adultes (parents, AESH, professionnels du monde médical, social…) Nous avons tous une responsabilité à porter dans ce domaine.

La chanson disait, et elle avait raison… ” qu’as-tu appris à l’école mon fils, à l’école aujourd’hui ? ” Combien de fois les enfants, élèves doivent-ils répondre à :” Quelles notes as-tu eues aujourd’hui ? et ton évaluation en maths ? …”  Question qui qui consolide le modèle élitiste et de compétition. Est-ce cela que nous voulons ? Pourrons-nous avancer de cette manière, si nous voulons que l’école inclusive se réalise chaque année un peu plus ? La question à poser aujourd’hui serait : ” Qui as-tu aidé aujourd’hui ? Qui t’a aidé aujourd’hui ? ”

Si le projet annuel de la classe était que nous réussissions tous ensemble au mieux de toutes nos possibilités, avec l’aide de nos enseignants et de nos parents, donnant une place égale à toutes les singularités, alors nous mènerions ce changement de paradigme qui demande un collectif enseignant cohérent dans les pratiques pédagogiques qui visent le développement de tous les élèves. Ce mouvement se cherche encore mais dans bien des lieux des petites équipes sont en route et infusent par leur discrète manière d’habiter leur métier d’enseignant des savoir être et savoir-faire utiles à tous et qui développent réellement, loin des idéologies, des pratiques inclusives. Ce changement demande aussi aux parents de nouveaux regards sur l’école, sur le métier enseignant et une confiance donnée à leurs enfants. (Non une crainte larvée de non réussite)

Infusion, essaimage, pollinisation… autant d’actions printanières peu visibles mais combien utiles à la survie des différentes espèces animales, végétales. De même, elles le seront pour un avenir autre de l’école.

 

Je dédie ce texte à la petite équipe d’enseignants et d’éducateurs avec laquelle j’ai travaillé au début des vacances d’avril 2022. Merci à eux.

Véronique Poutoux, le 3 mai 2022.