Outils

Sont présentés sur ces pages, une sélection d’outils aux formes et aux objectifs variés, tant pour l’enseignant, l’éducateur que le formateur…
Au delà de la simple circulation de l’information, nous voulons proposer une analyse et un regard critique sur nos pratiques d’inclusion.

. Pratiques pédagogiques utilisant le numérique

Le réseau ORNA, à l’INSHEA, va créer un MOOC concernant l’utilisation des outils numériques avec les élèves à besoins éducatifs particuliers.

Nous aimerions, dans ce MOOC, mettre en valeur des pratiques en classe , ou dispositif, par l’intermédiaire de captations vidéos, et d’entretiens avec les professionnels.

Si vous êtes intéressés, contacter Mr Philippe Garnier en expliquant votre utilisation du numérique en classe.

Philippe Garnier, ORNA, INSHEA, philippe.garnier@inshea.fr

 

. Co enseignement et Enseignant ressource.

Nos collègues canadiens sous la direction de Nancy Granger, en lien avec les travaux connus de Tremblay et Toullec- Thery (2020), par l’intermédiaire du réseau RIRE, publient  un document sur le coenseignement . Ils montrent dans ce dossier en quoi ce dispositif est favorable à l’éducation inclusive. Ils définissent ainsi le coenseignement :

Le coenseignement est défini comme un travail pédagogique en commun, dans un même
groupe et dans un même temps, de deux ou de plusieurs enseignants se partageant les
responsabilités éducatives pour atteindre les objectifs spécifiques (Friend et Cook, 2007 ;
Tremblay, 2012).

Il répond aux caractéristiques de ce qu’ils nomment un environnement capacitant:

Un environnement capacitant rejoint trois critères : préventif, universel et développemental.
Il est préventif dans la mesure où il permet de détecter et de prévenir les risques, et
d’éliminer l’exposition à des exigences qui entraînent à long terme des limitations ou des
effets psychologiques négatifs. Il est universel, car il prend en compte les différences
interindividuelles (caractéristiques spécifiques, différences d’âge, de genre, de culture, de
religion, etc.) et les conditions telles que les déficiences et les incapacités individuelles
dans le but d’atténuer ou d’éliminer les obstacles au développement, ainsi que les facteurs
d’exclusion sociale.

Sont détaillées dans ce guide les différentes modalités possibles en premier et/ou second degré. Le coenseignement peut être réalisé par des enseignants de même discipline, d’autres disciplines, mais aussi par l’appui d’enseignants spécialisés et d’enseignants ressource.

Ces enseignants- ressource sont des enseignants n’ayant pas reçu de formation spécialisée mais qui sont dégagés à 50% de leur temps pour venir en appui, auprès des élèves, et des enseignants dans la classe. Cette idée me semble très intéressante à développer, car dans de nombreuses équipes, nous disposons d’enseignants qui ont développé de nouvelles ressources. Leur expérience aidant, et la connaissance plus importante d’élèves ayant des besoins d’aide leur permette  d’apporter à la fois soutien aux élèves, de contribuer à un véritable binôme d’enseignants et d’apporter leur regard dans l’organisation  de l’établissement pour faciliter un environnement inclusif.
L’infographie suivante détaille bien les différentes tâches possibles pour développer les pratiques pédagogiques différenciées, l’accompagnement, l’auto régulation et la collégialité.

 

Cette approche de l’enseignant- ressource peut nous aider à mieux cerner la fonction de personne ressource telle qu’elle nous est demandé dans le référentiel des compétences caractéristiques de l’enseignant spécialisé.  Vous trouverez aussi dans la suite du document les différentes configurations possibles ( voir Pages 18/19 et 20) pour mettre en oeuvre du coenseignement.

Un document vraiment intéressant à lire et à explorer qui pourrait inciter des pratiques nouvelles au sein des équipes.

Lire le document:coenseignement_nancygranger

. L’application “Les ptis Monstres”

Les Ptits Monstres c’est un journal pour enfant avec des actualités. L’auteur, ergothérapeute, a mis toute son énergie dans ce projet en essayant au fil des mois d’améliorer cette application, de trouver du contenu pertinent… Cette application qui a atteint plusieurs dizaines de milliers de téléchargements !

Il s’agit ici de rendre accessible la lecture grâce aux outils numériques

Créée dans un seul but, celui de l’accessibilité, l’application permet à chacun de choisir le mode de lecture qui lui convient grâce à différentes options :

  • Police d’écriture aérée
  • Texte écrit avec lire couleur,
  • Lecture vocale,
  • Exercices téléchargeables adaptés et plus encore.

 

A découvrir donc :

Présentation de l’application : Présentation – Les Ptits Monstres

On parle de nous dans la presse : Les Ptits Monstres DYS La lecture facile

Vous pouvez retrouver le projet et les liens de téléchargement sur ce lien : @lesptitsmonstresdys | Linktree

 

Voici également un lien avec le dossier de presse et quelques visuels:  https://drive.google.com/drive/folders/1M7KXOPi9lRCUe5EfbLKdVmlbknLhpcbH?usp=sharing

. Innovation ou dynamique pédagogique ?

Le conseil scientifique de l’éducation publie un poster ” Le Passeur”  Quelques bonnes idées d’innovation pédagogique …

Pour insuffler une dynamique , ce document peut permettre de faire le point sur les mises en œuvre déjà existantes, inviter à aller voir des termes entendus mais qui ne sont peut être pas assez clairs et partagés par tous, par exemple l’enseignement explicite … Il invite à initier en équipe des actions précises: l’attention à la lecture … L’apprentissage de l’attention…

 

Nous pouvons regretter l’intitulé ” Des projets pour l’école inclusive …” qui arrive en dernier paragraphe et donne une vision de l’école inclusive liée au travail de partenariat et à l’emploi de technologies ! La notion d’accessibilité n’est pas évoquée, seules une adpatation des tâches est visée… Dommage !

AFFICHE_CSEN_paysage_6

• Un glossaire des sigles

L’équipe du Centre de ressources documentaires de l’INSHEA a compilé un glossaire qui regroupe les sigles les plus couramment utilisés dans les domaines de la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers (BEP), et plus généralement du handicap et de la société inclusive.

à télécharger (PDF ou Docx) à l’adresse :
https://inshea.fr/fr/content/dossiers-documentaires

 

• Être personne Ressource

Les collègues de Loire Atlantique ont produit une synthèse des travaux de réflexion menée quiPersonne ressource conduisent à nous proposer le document suivant :

La fonction de personne ressource pour l’éducation inclusive

Nous noterons particulièrement deux posters qui définissent deux rôles, celui d’être accompagnateur et celui d’être moteur auprès des équipes. Des recommandations pour la mise en œuvre dans le quotidien et dans le déroulement de l’année sont aussi données. Chaque enseignant spécialisé, chaque chef d’établissement peut s’en inspirer.

• Différentes configurations pour le Co Enseignement

Voici un document de synthèse élaboré par des collègues québécois.

Il est d’abord rappelé tout l’intérêt à travailler en co-enseignement, pour les élèves d’abord mais aussi pour les enseignants. La proposition des différents scénarii  peut guider une mise en œuvre et permettre d’analyser le travail réalisé.

SYNTHESE-COENSEIGNEMENT_final_0-1

 

• Comment les contes parlent de handicap aux enfants

“Les contes de fées, qui sont réputés s’adresser aux enfants, évoquent a priori un univers merveilleux et la plupart d’entre eux s’achèvent sur un dénouement heureux ou estimé tel. Les pérégrinations des héros ont cependant pour objectif d’éduquer les jeunes lecteurs en les aidant à découvrir le monde social et le monde naturel. Ils n’évitent donc pas la confrontation avec le danger, le Mal, la faute. L’univers des contes inclut donc la trahison, la jalousie, l’égoïsme ou la cruauté ; il donne à voir la pauvreté, la violence, la mort.

Pour autant, on imagine plus difficilement qu’il puisse être question dans les contes de ce que nous appelons aujourd’hui « handicap ». Et pourtant, même si le terme n’est pas attesté au XVIIe siècle, l’infirmité, qu’elle soit physique ou mentale, est régulièrement représentée dans ces histoires qui en disent long sur la réception du handicap, voire sur la façon dont se construit l’image de la personne handicapée au sein de la famille et, plus largement, de la société. (…)

Pour lire l’article* sur le site de diffusion scientifique The conversation :
https://theconversation.com/comment-les-contes-parlent-de-handicap-aux-enfants-117118

* de Pascale Auraix-Jonchière, Professeur de Littérature française, Université Clermont Auvergne

• Il, elle peut/ Il, elle ne peut pas !

“Il, elle peut/ Il, elle ne peut pas !” En fait cette phrase traduit à mon sens un obstacle majeur pour la compréhension des difficultés de nombreux élèves. Car elle révèle qu’il nous faut accepter pleinement ces “impossibilités ” d’agir dans les situations scolaires de certains élèves liées à des troubles ou déficiences.

Tout le monde comprend qu’un élève avec une déficience motrice, qui se déplace en fauteuil roulant ne peut pas faire autrement. Il ne viendrait à l’idée de personne de lui retirer son fauteuil roulant ! Pour ce qui concerne les troubles cognitifs,  se situe une première difficulté qui est celle que le trouble n’est pas visible, qu’il n’est pas homogène et qu’il se traduit différemment suivant les situations, les moments de la journée, de la semaine. Suivant les indications données par les “spécialistes”, utiles, confirmées dans le PAP ou le PPS, les aides se mettent en place et permettent des progrès  et c’est alors que l’on entend mais finalement ” a-t-il besoin de  ces aides ? est-ce juste par rapport aux autres ?” Nous serions parfois prêts à lui retirer les aides mises en place.

Ces réactions qui témoignent d’un souci d’égalité et non d’équité , qui disent aussi l’exigence de mieux faire sont recevables. Cependant, elles traduisent à mon sens cette incompréhension de ce que peut faire ou ne peut pas faire l’élève sans aide. Certains élèves ne peuvent pas lire, ne peuvent pas lire des textes de plus de 5 lignes, de plus de 10 lignes Etc… Certains élèves ne peuvent pas écrire … d’autres ne peuvent pas mémoriser ce qui vient d’être lu …

Deuxième difficulté liée à notre propre traversée scolaire et à sa prégnance académique; un élève qui ne peut pas parler (aphasie, dysphasie …ou autre)  peut cependant comprendre ce qui est partagé, exploré dans l’activité proposée…malgré ce que je crois percevoir.

De même, en poussant plus loin, le raccourci est vite fait de conclure qu’un élève qui ne parle pas, ou qui ne lit pas, ou qui n’écrit pas ne comprend pas ce qui est en jeu ! Nous devons absolument nous défaire de cette idée . Cela peut arriver que les difficultés de compréhension se cumulent avec des difficultés dans le dire, lire, écrire mais ce n’est pas systématique et nous devons aller chercher plus loin pour, nous, comprendre ce qui peut se passer dans la tête de cet enfant… Les pionniers de l’éducation des enfants différents au 18eme siècle ont tous fait deux choses : Observer et trouver des moyens de communiquer .

A notre tour nous pouvons développer, avec l’aide de l’élève lui-même, des autres élèves, de ses parents, de son AESH cette observation en situation et cette recherche de communication. Rappelons que la communication n’est pas le seul  langage oral. Les gestes, les expressions, les pictogrammes tous les vecteurs autres de facilitation permettent la communication. Mais nous pouvons être  très déroutés. Car cela demande un apprentissage patient et souvent unique.

Alors que faire ? Nous avons aussi appris dans le métier à généraliser les situations, à tirer  des appréciations ( parfois erronées) de ce que nous voyons et interprétons trop vite. Je vous propose de revenir à un focus plus resserré autour de situations de classe plus précises  en regardant de plus près ce que  cet élève

– Peut  faire ou ne pas faire

– Sait ou ne sait pas

– Sait faire ou ne sait pas faire

– Veut faire ou ne veut pas faire.

Ces items se complètent d’abord dans une activité donnée, puis une autre …. avant de pouvoir aller vers une généralisation plus grande. En quelque sorte, ce serait notre “diagnostic” pédagogique qui correspondra aux situations de la classe et permettra d’ajuster les aides et de mieux voir si elles sont indispensables ( s’il ne peut pas sans aide!) . Ce qui vous libérera de ce dilemme…est-ce juste ? et vous permettra de mieux comprendre le fonctionnement de l’élève.

A vous de tester: https://view.genial.ly/62506b8b21aeac001771f2e6/interactive-content-diagnostic-pedagogique