Consultation de Travaux de recherche, Thèses

De plus en plus de recherches actions et thèses sont en lien avec des problématiques de l’école inclusive. Le savoir se partage en respectant la paternité des articles.

• Rapport sur les RASED

Le rapport 2021-013 de l’inspection générale “L’organisation, le fonctionnement et l’évaluation des effets des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté.” est rendu public.
Va-t-il poser les bases d’une circulaire attendue et à venir sur ces réseaux d’aides ?

Ce rapport compte 73 pages mais nous propose dans ses deux premières pages une synthèse et des recommandations. A découvrir donc…

Voici cependant copie des différentes recommandations :

Quelques points qui ont attiré mon attention et que je partage :

  1. Ce rapport fait part d’une méthode de travail qui mêle éléments quantitatifs et qualitatifs ; questionnaires  et entretiens. La question du pilotage des RASED est bien centrale et le rapport montre la grande diversité des situations suivant les départements et souvent même au niveau des circonscriptions. Les liens avec les pôles ressource sont faiblement réalisés isolant de fait les RASED. Il est intéressant de constater que cet isolement peut se retrouver dans le vécu des enseignants spécialisés, ou encore dans le sentiment que leur action n’est pas reconnue de leur hiérarchie.
  2. Ce qui ressort aussi de façon importante  c’est la question de l’inclusion des  RASED dans l’école inclusive ! Or il me semble qu’ici une question de fond n’est pas posée. Pourquoi continuer de distinguer élèves en situation de handicap et élèves en difficulté scolaire ? Tant que le concept de besoin éducatif particulier continue de remplacer la “catégorie” des élèves reconnus en situation de handicap ” par les MDPH, il n’est pas étonnant que la place, le rôle et les missions des RASED peinent à se construire dans ce nouveau paradigme de l’école inclusive. Quelles sont les aides dont ont besoin un groupe d’élèves au sein d’une classe quelque soit l’origine de la vulnérabilité d’apprendre ? Quels sont les besoins d’aides des enseignants pour concevoir leur classe  en répondant à l’ensemble des besoins de leurs élèves ?
  3. Une autre interrogation de ma part concerne l’évidence qui semble être accordée à la mise en place de la différenciation pédagogique comme effective dans les classes. Or là aussi, il s’agirait avant tout d’aider les enseignants à analyser leur pratique afin qu’effectivement les pratiques de classe soient différenciées. Quand on sait, par exemple,  que dans la majorité des classes de CP, les méthodes employées sont basées sur l’apprentissage de 2 sons par semaine, comment s’étonner alors :

– Que certains enfants décrochent tout de suite … Sont-ils alors en difficulté ? Ont-ils besoin de plus de temps pour conforter la mémorisation de ces sons ?

–  Que les enseignants à dominante pédagogique ne puissent pas intervenir en co intervention dans des programmations aussi rigides.

4. D’autre part, le rapport souligne la difficulté à privilégier la co intervention  dans les modalités d’intervention des enseignants spécialisés.  Au delà des représentations à l’œuvre de part et d ‘autre, les inspecteurs pointent la difficulté de travail commun avec les enseignants, qui est réelle et doit être prise en compte, car il ne peut y avoir de co intervention sans co conception. Et ce travail en lui même demande  à être accompagné par les conseillers pédagogiques. Ce qui nécessite alors une organisation du temps de travail des enseignants pensée autrement…

Nous le voyons, de nombreuses questions fondamentales sont soulevées et devraient créer de nouvelles conceptions, desquelles découleront une autre organisation et mise en synergie de  l’ensemble des ressources pour développer l’école inclusive. Les cloisonnements institutionnels se lisent au travers de ces pages, créant à leur tour des cloisonnements catégoriels , que ce soit au niveau des élèves ou au niveau des personnels. La  recherche d’indicateurs d’efficacité communs et partagés  peine à se réaliser. Cela est sans doute lié à la diversité des pilotages, des conceptions de ce que doit être l’école inclusive.

Nous pourrions indiquer que finalement, il s’agit de voir comment sur un territoire donné, les réponses peuvent s’organiser de façon systémique en  interrogeant les besoins d’aide et en les regroupant pour former des invariants;  en faisant l’inventaire de toutes les ressources dont nous disposons (au sein d’une école, d’une circonscription et de ses différents personnels, des établissements médico-sociaux et  des SESSAD, des parents d’élèves, des associations… voire des élèves…) . Un pilotage souple et accompagnant, explicite, permettrait alors un meilleur investissement des ressources humaines dont nous disposons et qui donnent aujourd’hui le sentiment d’être mal “utilisées”. Au delà de la forme scolaire déjà très contraignante( qui limite elle-même l’école inclusive…), si nous n’arrivons pas à concevoir de nouveaux modèles d’organisation et de fonctionnement des écoles, une énergie incroyable se perd.

Attendons donc de voir quels seront les effets à venir ou pas de ce rapport. Mais sa lecture intéresse nos fonctionnements et peut aussi donner des pistes d’analyse.

• Différencier, individualiser, personnaliser, coopérer…

Dans la revue Éducation et socialisation, Sylvain Connac propose un article  dans lequel il interroge ces différents termes. Il apporte ainsi une clarification combien nécessaire pour mieux comprendre  l’action pédagogique. Pour lui, il s’agit de proposer :

  • des temps collectifs d’étayage par l’enseignant (Bruner, 1983 ; Lescouarch, 2018), afin que les élèves puissent être enrôlés puis maintenus dans leur orientation par une dynamique de recherche collective, en lien avec les informations et ajustements apportés, les temps d’enseignement collectif apparaissant comme plus égalitaires et efficaces que les dispositifs qui privilégient le seul travail individualisé (Crahay, 2013) ;
  • des temps individualisés, pendant lesquels chacun poursuit le travail qu’il a engagé précédemment (Grandserre et Lescouarch, 2009) et l’enseignant investit une « table d’appui » (Forget, 2017, 2018), notamment pour soutenir les réflexions des élèves qui bloquent ;
  • une organisation coopérative du travail, par de l’aide, du tutorat entre pairs, de l’entraide ou du travail en groupe ou en équipe (Connac, 2017, Connac, 2020). Ces interactions participeraient à la qualité des apprentissages parce qu’elles aideraient les élèves à mieux comprendre et apprendre (Buchs, 2017) et complèteraient le travail d’étayage fourni par l’enseignant

Si nous partageons le modèle proposé, il nous semble toujours important d’interroger la conception des activités proposées et leur degré d’accessibilité.

A lire donc : https://journals.openedition.org/edso/13683

• La surdité, la recherche s’accélère…

La surdité en chiffres 900 millions de personnes touchées d’ici à 2050

5% de la population mondiale concernée

1000 nouveaux-nés sourds par an

Une personne sur trois de plus de 65 ans est malentendante

https://www.pasteur.fr/fr/journal-recherche/dossiers/surdites-recherche-s-accelere

Un article intéressant pour actualiser nos connaissances et mesurer l’importance de cette déficience et de ses conséquences.

Dans la période néonatale, elle est particulièrement problématique car l’audition est indispensable à l’acquisition de la parole, outil majeur de communication : l’afflux d’informations auditives vers les aires cérébrales de traitement du langage est capital au cours des 6 premières années de vie, surtout entre 0 et 3 ans. Une surdité profonde non corrigée par un appareillage auditif empêchera l’acquisition spontanée du langage oral. En cas de surdité moyenne, le langage peut être acquis mais l’atteinte auditive de l’enfant aura un impact sur l’apprentissage scolaire, le développement cognitif et l’adaptation sociale. Car quel que soit l’âge auquel elle survient, la surdité altère considérablement les interactions sociales : mal entendre ou ne plus entendre autrui conduit à l’isolement social, à l’origine d’une souffrance psychologique qui plonge certains malentendants dans un état dépressif. La surdité est souvent associée à un déclin cognitif, surtout chez les personnes âgées (altération de la mémoire, des capacités d’attention…). On sait depuis peu qu’elle est le principal facteur de risque, modifiable, de survenue des maladies neurodégénératives.

• La protection de l’enfance interrogée

Une politique inadaptée au temps de l’enfance

La cour des comptes rend un rapport sur la protection de l’enfance. Le document joint en est la synthèse.

Il est montré l’importance accrue du nombre de mineurs pris en charge depuis 2009. UN schéma ( P7) explique ce double fonctionnement entre les circuits liés au département et ceux liés à des décisions de justice.

J’ai noté pour vous, la faible part dans les dépenses de la prévention spécialisée, le très faible investissement dans l’aide à la parentalité. Il y a une grande difficulté à prendre en compte les besoins éducatifs de l’enfant et surtout dans une temporalité ajustée et qui malgré  la loi de 2016 ne résout toujours pas les ruptures dans les parcours de ces enfants.

Le suivi de ces jeunes est “très peu suivi et donc très mal connu” ce qui ne permet pas d’évaluer les politiques mises en œuvre.

Le rapport indique un pilotage défaillant. Quand on regarde le schéma (p11) des différents acteurs, il est aisé de comprendre comment les circuits d’interaction et de collaboration sont complexes, et ne permettent pas une fluidité des décisions et des actions entreprises au niveau national et local. De plus des grandes inégalités de traitement ont lieu suivant les territoires avec un accompagnement de l’état insuffisant.

Le rapport met en évidence  que   la prise en compte des besoins et leur analyse doit guider l’action. N’est-ce pas la même situation dans le cadre de l’école inclusive ? Pour autant ce principe fondateur n’apparait pas dans les recommandations formulées à la page 17 !

Aucun lien n’est fait ( dans la synthèse) sur  la scolarisation de ces enfants, cela pose aussi question ! En effet, qu’en est-il de ces liens importants entre l’école et les structures ou associations qui  suivent ces enfants ?

Cette synthèse est intéressante à lire pour mieux comprendre les difficultés  de tous ces enfants qui ont pourtant tant besoin de protection et qui vues de la l’école, sont souvent très opaques.

La synthèse

 

• Formation initiale des enseignants sur l’éducation inclusive

La Revue canadienne d’éducation rend compte d’une recherche expérimentale ayant trait à l’importance des croyances des futurs enseignants quant à leur sentiment de compétences pour enseigner à des élèves avec des besoins éducatifs particuliers.

Le compte rendu proposé montre le dispositif mis en place avec un groupe témoin et un groupe volontaire qui vont suivre un cours “remanié” sur l’éducation inclusive, interrogeant leurs  croyances  en matière d’éducation inclusive et leur sentiment d’efficacité  quant aux stratégies possibles à mettre en œuvre dans leur futur métier.

Les résultats montrent des écarts significatifs entre les deux groupes. Le cours remanié montre des effets positifs dans les deux axes choisis. Certes comme cela est indiqué, l’expérimentation est conduite sur un nombre faible de futurs enseignants. cela interroger vraiment cependant ce qui est fait en France dans ce domaine.

A consulter

• Métacognition !

Quelles sont les conditions d’un bon feed back ? Comment les sentiments métacognitifs sont-ils engendrés ? Quels sont les sentiments favorables à l’engagement dans une tâche ? La métacognition est-elle utile ? Autant de réponses dans le dossier proposé par Joëlle PROUST du conseil scientifique, dont voici une synthèse sous la forme de fiches.

Fiches métacognition J. PROUST

• Enseignants et parents à l’épreuve du confinement

L’IFÉ nous propose un podcast dans sa série “Ça manque pas d’R”* sur cette épreuve du confinement, ce que cela a représenté pour les enseignants et les parents… Avec la participation de Patrick Rayou, de Luc Ria qui mènent une grande enquête sur les effets du confinement.

Les premiers constats  du côté du vécu des familles, disent les inégalités matérielles et celles aussi liées à l’organisation de la journée, des familles “agenda” qui ont structuré le temps aux familles qui ont “perdu la maitrise” se laissant mener “par le temps de l’ado.”

Pour les enseignants, c’est la question de la maitrise du numérique et l’habitude préalable ou pas de ces outils. C’est une question “d’agilité” . Inégalités aussi au niveau des établissements: certains ont mis des ressources communes ou d’autres ont joué le chacun pour soi….  Les parents et les enseignants sont mis à l’épreuve dans cette situation.

Ce moment historique,”incident clé”, rend visibles des difficultés habituelles, implicites… et nécessite de relire collectivement  les essais, erreurs… les tentatives , les réussites… pas seulement sur la question du numérique,  mais avant tout sur celle de la construction des apprentissages,  pour renouveler l’école dans la visée de la réussite de tous.

A écouter absolument

  • R comme Recherche en éducation

 

• Co-enseignement en mathématiques

 

Comme toujours, voici un excellent article de Marie Toullec-Théry sur l’analyse d’un dispositif de co-enseignement en mathématiques dans une classe de 6ème ordinaire dans laquelle des élèves de SEGPA sont inclus à raison de 3h par semaine. Ils complètent leur horaire de mathématiques avec l’enseignant spécialisé. Cet article est paru dans la revue Hybride de l’éducation.

L’analyse fine  met en évidence les difficultés rencontrées dans ce dispositif, les avancées en termes de prise de conscience des deux enseignants  par rapport à la situation d’enseignement/apprentissage. Nous voyons, en particulier l’arrêt sur image d’un moment de superposition des interventions des deux enseignants. Cela met en évidence le retrait de l’élève aidé, du temps didactique commun; la connaissance précise qu’a l’enseignant spécialisé des difficultés de cet élève  et des ressources qu’elle peut lui apporter.

Cette analyse montre aussi les obstacles contenus dans la situation didactique. Elle permet aussi de conduire les enseignants à modifier leur répartition des rôles et l’organisation didactique de la séance.

A lire donc !

• Qu’en est-il des CP dédoublés ?

 

La Direction  de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance publie dans sa note d’avril 2020 le compte- rendu  d’un travail de recherche sur les effets produits par le dédoublement des CP en REP et REP +.

A lire donc pour mieux comprendre tous les facteurs qui sont en jeu dans les pratiques enseignantes… déjà, le sentiment de confiance des enseignants sur leur propres compétences est un gage de réussite … 

En classe de CP dédoublé, les enseignants se sentent plus confiants dans leur capacité à faire réussir tous les élèves, à gérer la classe et à pratiquer la différenciation pédagogique. Ils ont également davantage confiance dans les capacités de leurs élèves. Leurs pratiques de classe sont tournées vers le soutien des élèves et la stimulation cognitive. Elles favorisent la différenciation pédagogique tant pour l’enseignement du français que pour celui des mathématiques.

• Des outils numériques pour une approche pédagogique inclusive

À travers un dossier complet, Andréanne Turgeon et Andy Van Drom font découvrir sur profweb de nouvelles possibilités et des manières innovantes d’utiliser une sélection d’outils numériques courants pour développer une démarche inclusive.

Cette approche s’appuie sur les principes de la conception universelle de l’apprentissage (CUA) et sur les principes d’accessibilité universelle en pédagogie, « reposant sur une planification de cours qui anticipe les barrières à l’apprentissage en tenant compte de la diversité des besoins des étudiants ».

Des exemples d’outils

Les auteurs présentent des outils numériques ou des fonctionnalités de certains logiciels dont il est possible de se servir pour optimiser les pratiques dans une perspective inclusive.

L’objectif n’est pas de viser l’exhaustivité ni de citer des logiciels spécialisés. On trouvera « simplement » une sélection organisée en 6 catégories :

  1. Outils numériques pour la présentation de contenus
  2. Outils pour la communication audio/vidéo
  3. Outils numériques pour la rétroaction
  4. Outils de sondage interactifs
  5. Outils collaboratifs
  6. Outils pour l’organisation du travail d’équipe 

Cet imposant dossier constitue, aux yeux des auteurs, « un point de départ pour inspirer et outiller les lecteurs qui souhaitent développer des pratiques inclusives ».

à voir sur Eduscol