Kiosque

• Un espace de jeux inclusif

Vannes (Morbihan), vient d’inaugurer un espace de partage entre jeunes handicapés et valides de 750m2 : “parcours sensoriel, animations visuelles et musicales, toboggans adaptés, trampolines installés au ras-du-sol, balançoires géantes…
Aux Fleurs de Tohannic, il y en a pour tous les goûts et pour tous les enfants, quel que soit leur handicap…”
sur le site handicap.fr
sur le site du journal Le Parisien

… et le projet détaillé sur le site de la Société Proludic

• Lilian DUBUS ou le refus de se laisser enfermer dans une étiquette…

A voir, un documentaire qui nous fait rencontrer Lilian, jeune adolescent, qui nous touchera par sa force de vie et le processus de transformation engagé avec l’aide de nombreux acteurs. Illustration de ce dévoilement de tous ces petits pas qui nous rendent si humains au quotidien à l’école dans un village…

En cette période un peu noire… A regarder : https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-samedi-18-janvier-2020_3766801.html

• Mutualiser les ressources…

Ce site a entre autres vocation à permettre des mises en lien entre tous ceux et celles qui œuvrent au quotidien pour une école inclusive.

Marc Lamouric, nous propose aujourd’hui de partager son “Padlet” . Il y recense de nombreuses ressources liées à sa pratique et aux questions qu’il a pu se poser.  Qu’elles soient utiles et donnent des pistes de réflexion, des outils, des liens vers d’autres sites…

A découvrir  donc:  https://padlet.com/mark_lamouric/eulex9rqjndi

• Des albums pour dire les maux

Une série d’albums qui ouvre une possibilité de répondre au questionnement des enfants sur des sujets parfois difficiles à mettre en mots. Cela avec un concept qui se démarque.
Mais je ne vais pas paraphraser la présentation de la jeune maison d’édition lilloise Tartempion, je vous la livre ci-dessous.

Dans un quotidien bercé par des informations, où les enfants sont régulièrement abondés d’images et de faits violents, tout à chacun est amené à aborder avec les plus petits des thèmes encore tabous. Il n’est pas toujours évident de trouver les mots adaptés et l’entourage éprouve parfois des difficultés à communiquer quand il est lui même en situation de souffrance. La collection Maux d’Amour se veut être un soutien bienveillant et laïque, une petite histoire du soir rapide à lire.

Chaque livre aborde une thématique (le divorce, le handicap, le terrorisme, le chômage, le deuil, la maladie) et est divisé en 3 niveaux de lecture adaptés :
– Mini-minus (0-3 ans)
– Minus (3-6 ans) 
– 
Grand Minus (6-9 ans)

L’histoire, le vocabulaire et les illustrations sont adaptés à chaque tranche d’âge et validés par une psychologue, ce qui permet d’aborder un sujet avec plusieurs enfants d’une même fratrie ou d’être employé par les professionnels travaillant au contact de l’enfance.

On peut noter qu’un nouvel album “Manuel des premiers secours”, construit comme les précédents sur trois niveaux de lecture, a été co écrit avec un pompier formateur.

https://editions-tartempion.fr/

• Enseigner avec les erreurs des élèves

Enseigner avec les erreurs des élèves – Jean-Michel ZAKHARTCHOUK
Cahiers pédagogiques – ESF Sciences humaines, 2019

Nous sommes ravis d’accueillir, dans les centres-doc de nos instituts de formation, cet ouvrage tant attendu sur l’erreur, écrit par Jean-Michel Zakhartchouk, accompagné d’une trentaine de contributeurs, et préfacé par Philippe Meirieu.

Tant attendu … parce qu’à ma connaissance, depuis Jean-Pierre Astolfi et sa célèbre typologie des erreurs, personne n’a osé se lancer avec autant d’hardiesse sur ce sujet aussi complexe et polémique, même si le concept de bienveillance est une valeur en hausse à l’École.

L’ouvrage commence par un petit coup d’œil dans le rétroviseur sur la place de l’erreur dans le paysage scolaire mais aussi, bonne idée, sur le rapport à l’erreur qu’ont pu avoir les enseignants dans leur propre parcours scolaire. On nous apprend que, mine de rien, le passé des enseignants pèse sur leur présent…

Et puis, à la lumière de la recherche dans ce domaine, s’enchainent les chapitres sur l’erreur comme levier d’apprentissage sous l’angle de la métacognition, de la gestion des émotions, de la confiance, de la nécessaire prise de recul concernant les fake news… assortis de témoignages et de pistes pratiques des contributeurs, acteurs de l’enseignement et de la formation.

Le livre se termine sur les besoins de formation des enseignants sur le travail de l’erreur avec leur élèves, fondement de leur métier.

Pas d’erreur… ce livre est une belle réussite !

• La photographie pour changer de regard !

Il fallait oser ! C’est l’expérience d’un photographe passionné par le portrait, qui rencontre par hasard, une directrice d’un IME. Ensemble, ils montent un projet où la photographie va devenir une médiation pour entrer en relation et transformer les regards sur les jeunes, les éducateurs… Le photographe qui ne connaissait que de très loin ce monde, en est lui même transformé.

Nous avons voulu vous restituer quelques éléments de cette expérience qui œuvre ainsi à rendre notre société plus inclusive, qui montre aussi combien les résistances, les peurs sont présentes.

Nous pouvons aussi partager quelques très belles photos… Postures de jeu, d’activité, de relations. Photos du quotidien qui expriment la richesse de chacun. Oui, il “n’y a pas de vie minuscule” C. Gardou, 2012.

A lire

le studio photo Les photos publiées ci dessus ont été sélectionnées pour ne montrer aucun visage et respecter ainsi les conditions de publication.

• Parlez nous de votre rentrée !

Le site vous proposait en cette rentrée 2019 de nous faire part des situations rencontrées par un court questionnaire en ligne.
Les questions portaient sur la question des progrès ou difficultés rencontrées particulièrement cette année avec la mise en place des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés et les effets éventuels de la circulaire de rentrée intitulée «  L’école inclusive »

Vous avez été 12 personnes à nous répondre et soyez-en remerciés. Nous aurions bien sûr souhaité avoir davantage de réponses afin de pouvoir mesurer de façon plus significative la réalité de cette rentrée. Cependant vos réponses disent aussi vos réalités et cela est important.

Lire la suite…

• Laissez-moi aimer

Amour, danse et handicap | ARTE

Un documentaire de Stéphanie Pillonca (France, 2019, 52mn) diffusé mercredi 25 septembre à 22 h 50 sur Arte, et qu’on peut encore voir sur la chaîne Arte de YouTube.

Avec délicatesse mais sans angélisme, Stéphanie Pillonca filme de jeunes handicapés qui assument leurs désirs et prennent le risque d’aimer. Un bouleversant éveil des cœurs et des corps.

Danse inclusive…

C’est l’association Au nom de la danse, fondée par la chorégraphe Cécile Martinez et mêlant valides et personnes en situation de handicap, qui a esquissé pour les uns et les autres cette voie du possible, leur offrant des outils artistiques pour faire surgir des émotions refoulées.
Pour la chorégraphe, la « différence est une richesse artistique incroyable », à la croisée de la maîtrise technique des valides et de l’approche des personnes handicapées qui « dansent avec leur être profond ».

Explorations sentimentales…

“Je veux que chacun des téléspectateurs, à l’issue du film, jugent sexy les handicapés.” Abordant de front l’un des derniers tabous, Stéphanie Pillonca (Je marcherai jusqu’à la mer, Un amour absolu) filme avec délicatesse ces amoureux, qui ont grandi en se protégeant car prétendument inaptes à l’amour. Sans voix off ni fausse pudeur, son documentaire capte, par subtiles touches, leurs explorations sentimentales, entre points d’ancrage et de basculement, instants de grâce et tâtonnements. Rarement le désir et la sexualité de jeunes handicapés n’ont été aussi justement dévoilés. Car au travers du portrait de ses audacieux protagonistes, la réalisatrice n’élude ni les questions qui taraudent ni les tensions qui affleurent, ce bouleversant éveil des cœurs et des corps tenant aussi de l’exigeante autant qu’incertaine course d’obstacles.

Texte extrait Arte ©2019

• S’initier à la langue des signes

Belle initiative que celle prise par une association de parents d’élèves, qui a proposé plusieurs soirées où parents et enfants s’initiaient ensemble à communiquer en langue des signes. Voici ce que nous livre la présidente de l’Association:

« L’école inclusive et le handicap : En quoi les APEL( Associations des parents d’écoles libres) d’établissements peuvent-ils être utiles ?

En février 2019, l’APEL Notre Dame des Anges (Lyon 7eme) a décidé d’organiser une soirée d’initiation à la « Langue des signes » en partenariat avec le réseau VISUEL.
L’objectif était de réunir enfants (de 3 à 11ans) et parents de l’école pour initier et sensibiliser chacun à la « différence ».

La soirée a rencontré un véritable succès, en quelques jours les inscriptions ont fait le plein.

Victime de son succès, L’APEL de l’école a alors décidé de programmer 2 nouvelles sessions de formation en mars 2019 pour permettre au plus grand nombre de participer.

Ces soirées, gratuites pour les familles adhérentes de l’APEL, ont réuni pas moins de 60 personnes, parents et enfants confondus.
Ce fut de merveilleux moments d’échanges, une ouverture aux autres et surtout une approche différente du « handicap ».

Les Associations de parents d’élèves ont un véritable rôle à jouer pour participer au devenir de l’école de demain et tendre de plus en plus vers une école inclusive.

Voici quelques photos.

Lauriane Imbert- Wisniewski